Une semaine terrible de persécutions des mouvements sociaux dans le monde : l’internationalisme populaire nécessaire plus que jamais

Communiqué de la coordination Européenne Via Campesina

(Bruxelles, 18 mars 2016) La Coordination Européenne Via Campesina, réunie à Bagnolet, France, a exprimé son bouleversement suite à la vague d’attaques meurtrières et de répression la semaine dernière contre les mouvements sociaux à travers le monde.

Toujours sous le choc du meurtre de la militante, Berta Caceres et de la détention injustifiée du militant de Friends of the Earth, Gustavo Castro Soto, au Honduras, nous avons appris mardi soir avec effroi le meurtre du militant et compagnon de lutte, Nelson Garcia, membre du même groupe de défense des droits indigènes que Berta.

Lire la suite : Une semaine terrible de persécutions des...

Solidarité avec les réfugiées et migrantes: Honte aux politiques inhumaines de l’UE et des gouvernements européens

Communiqué de la Coordination Européenne Via Campesina

(Bruxelles, 18 mars 2016) L’Assemblé Générale de la Coordination Européenne Via Campesina apporte sa solidarité aux milliers de réfugié-e-s qui, fuyant les guerres, arrivent en Europe afin de sauver et de reconstruire leur vie.

Nous condamnons énergiquement la politique de l’Union européenne et des gouvernements européens, et les mesures ratifiées par ce dernier Conseil des Ministres à Bruxelles le 18 février qui, au lieu d’assumer leurs responsabilités internationales au regards des droits humains et de la justice globale, ont répondu par plus de barrières, de répressions et de manipulations médiatiques, condamnant les migrant-e-s aux souffrances, aux abus et à la mort, avec le seul but de défendre leurs pouvoirs et leurs avantages au détriment de toute l’humanité. La signature des accords avec des pays tiers pour échanger de l’argent et des avantages contre des vies humaines nous amène à une indignité extrême et une criminalité institutionnelle qui ne peut nous laisser immobiles.

Lire la suite : Solidarité avec les réfugiées et migrantes:...

Criminalisation croissante des mouvements autochtones et paysans : Position de La Via Campesina Honduras

(Comayagua, le 16 mars 2016) Face à la gravité de la crise sociale et politique qui affecte les paysans, les paysannes, les peuples autochtones, les populations garifunas et les mouvements populaires honduriens, nous, les organisations paysannes de la Via Campesina Honduras, la Centrale nationale des travailleurs agricoles (CNTC), l'Association Nationale des Paysans du Honduras (ANACH), le Conseil pour le développement intégral de la femme rurale (CODIMCA), le Front national pour la jeunesse paysanne, les peuples autochtones et les peuples d'ascendance africaine (FRENAJUC) et les représentations de l'Association pour le développement du Honduras (ADROH) dans les régions de Gracias, Lempira ; Opatoro et Marcala, La Paz et Colomoncagua, Intibucá, réunis dans la municipalité de Siguatepeque, Comayagua, dénonçons ce qui suit:

1 Une politique étatique favorable au démantelement et à l'abandon de la production agricole de petite échelle.

 2. L'extrême pauvreté en milieu rural (plus de 3 millions de paysans souffrent de famine) ou se concentrent 70 % des pauvres, dont 54 % vivant dans des situations d'extrême pauvreté.

 3. Les expulsions violentes ordonnées par les tribunaux, le Bureau du Procureur et la police nationale pour satisfaire les groupes d'intérêt privés et les propriétaires fonciers.

 4. L'emprisonnement de plus de 5 000 agriculteurs, dont 1 700 femmes et l'assassinat de 140 paysans et paysannes découlant de conflits liés à la terre et de luttes pour la défense du territoire

5. Nous nous opposons fermement à l'approbation du nouveau Code pénal. Celui-ci été élaboré sans la participation du mouvement paysan et criminalise l'ensemble des luttes pour l'accès à la terre et des revendications des mouvements sociaux.

Lire la suite : Criminalisation croissante des mouvements...

Honduras : Mettons fin à la violence et aux assassinats contre le mouvement paysan et autochtone

Dénonciation internationale de La Via Campesina

(Managua, le 16 mars 2016) La Vía Campesina dénonce la forte criminalisation en cours aujourd’hui au Honduras : emprisonnements, répression et assassinats de dirigeantes et de dirigeants paysans et autochtones. Au cours des dernières semaines, la situation s’est considérablement aggravée avec la prolifération des tueurs à gages qui portent atteinte à la vie de ceux et celles qui revendiquent des terres pour produire des aliments ou luttent contre l’extractivisme, les barrages et l’agrobusiness.

Hier, le 15 mars, plusieurs événements déplorables se sont produits qui nécessitent l’action urgente de nos organisations, de nos alliés et des organismes de droits humains.

Ces événements sont :

1. Attentat contre Cristian Alegría, neveu de Rafael Alegría, député du parti Libre et coordinateur de La Vía Campesina Honduras. Cet incident a eu lieu devant les bureaux de La Vía Campesina, dans la Colonia Alameda de Tegucigalpa.

2.— Assassinat de Nelson García, membre du COPINH et dirigeant de la communauté de Río Chiquito. Cet incident s’est déroulé dans le cadre de l’expulsion d’une communauté dans la localité de Río Lindo, département de Cortés, où environ 100 policiers, 20 membres de la police militaire, 10 membres des forces armées et plusieurs membres de la DGIC ont envahi le territoire que 150 familles avaient récupéré ; plus de 75 d’entre elles avaient construit leurs demeures grâce à leurs efforts et au matériel qu’elles avaient pu obtenir.

Lire la suite : Honduras : Mettons fin à la violence et aux...

Sous-catégories

Informations supplémentaires