Nouvelles des régions

Appel à la solidarité avec la Révolution bolivarienne et le mouvement paysan vénézuélien

(Managua, Nicaragua, le 29 mars 2014. ) Au nom de La Via Campesina International, mouvement de paysannes et de paysans qui réunit environ 200 millions de familles dans plus de 77 pays, nous exprimons notre solidarité envers le peuple du Venezuela, son mouvement paysan et sa Révolution bolivarienne – laquelle est la cible de la grande croisade impérialiste; les forces rétrogrades de la droite à l’intérieur et à l’extérieur du Venezuela tentent de reprendre le pouvoir qu’elles ont démocratiquement perdu dans des élections, une défaite reconfirmée à de nombreuses reprises. Pour nous, qui luttons pour la justice sociale, la réforme agraire et la souveraineté alimentaire, la Révolution bolivarienne est un exemple de transformation et d’inclusion sociale. Nous, femmes, jeunes, travailleurs et travailleuses agricoles, pêcheurs, peuples indigènes et travailleurs et travailleuses migrants, nous condamnons toute tentative de coup d’État. Les médias tentent d’introduire cette idée dans l’imaginaire collectif en montrant des manifestants et manifestantes qui protestent contre les effets de la guerre économique que mènent les puissants secteurs oligarchiques, fascistes et impérialistes pour déstabiliser le gouvernement du président Nicolás Maduro.

Depuis le décès du président Hugo Chávez, véritable leader de l’intégration latino-américaine, l’empire nord-américain et ses alliés dans la région sous-estiment le brave peuple vénézuélien. Ils se trompent de penser qu’il suffit d’utiliser la violence physique, économique et médiatique pour parvenir à dominer à nouveau cette région qui aujourd’hui possède d’importants espaces d’intégration, notamment l’ALBA (Alliance bolivarienne pour les Amériques), l’UNASUR (Union des nations sud-américaines) et la CELAC (Communauté d’États latino-américains et des Caraïbes). Ce n’est pas par hasard que la tentative de déstabilisation ait été déclenchée peu après le sommet de la CELAC à La Havane, alors que la République bolivarienne du Venezuela assumera l’année prochaine la présidence du Mouvement des non-alignés. C’est dans ce contexte que nous de La Vía Campesina International, forts des centaines de milliers de femmes et d’hommes organisés dans la Coordinadora Latinoamericana de Organizaciones del Campo (CLOC, Coordination latino-américaine d’organisations paysannes), nous continuerons de nous mobiliser pour défendre les processus de transformation et les luttes que soutiennent nos peuples d’Amérique latine. 

Nous savons que de puissants intérêts transnationaux cherchent à défaire les progrès de la Révolution bolivarienne et de son mouvement paysan – y compris une réforme agraire qui a permis à des milliers de familles paysannes et indigènes d’accéder à la terre, ce qui à son tour a permis une importante augmentation de la production d’aliments, le sauvetage et la promotion de pratiques agroécologiques traditionnelles, l’accès à des crédits à taux réduits et la commercialisation de la production, entre autres – nous exprimons notre ferme appui au Frente Nacional Campesino Ezequiel Zamora (FNCEZ) et à la Coordinadora Agraria Nacional Ezequiel Zamora (CANEZ), organisations membres de La Via Campesina International dans la République bolivarienne. Leur lutte pour la terre, la production d’aliments par et pour le peuple et la consolidation du pouvoir populaire à la campagne est aussi notre lutte.

Pour finir, nous affirmons notre engagement total et solidaire en faveur de la cause du peuple et de la Révolution bolivarienne, convaincus que malgré tous les efforts des médias pour manipuler l’opinion publique et mépriser les réalisations populaires de la Révolution. Ils ne passeront pas. Nous continuerons de nous mobiliser dans l’unité aux côtés de notre peuple frère en appuyant sa lutte pour consolider les changements réalisés.

Commission de coordination internationale (CCI) de La Via Campesina, réunie à Managua, Nicaragua, le 29 mars 2014.

Informations supplémentaires